La résilience

Le Larousse nous apprend que le mot résilience est l’aptitude d’un individu à se construire et à vivre de manière satisfaisante, en dépit des circonstances traumatiques. Cependant, la psychologie étend ce concept : les scénarios défavorables ou traumatisants de notre vie ne sont pas seulement surmontés grâce à la résilience. Cela nous aide également à sortir plus fort, avec plus d’expérience et de meilleurs outils au niveau émotionnel, ainsi que la confiance en soi.

Photo d’illustration de l’article

Trouvez un Coach de confiance en soi

Libérez votre potentiel pour accélérer le changement

Trouvez un Coach de confiance en soi

Qu’est-ce que la capacité de résilience?

Définition simple de la résilience

La résilience est un phénomène de plus en plus étudié au cours des dernières années; le mot s’est répandu dans le langage courant, notamment avec la crise sanitaire.

La notion de résilience est utilisée dans plusieurs domaines : en écologie, en informatique, et en physique.

Par exemple, la définition en physique est la suivante : la notion de résilience est la capacité d’un matériau à absorber de l’énergie quand il se déforme sous l’effet d’un choc, sa résistance. C’est donc la capacité d’un corps à survivre aux traumatismes, au risque grave d’une issue négative.

La résilience organisationnelle est la capacité d’une organisation à transformer les effets du traumatisme interne provoqués par plusieurs crises, en une unité de transformation et d’apprentissage, créateurs de valeurs et de renouvellement.

 

Concept de résilience

Cette notion doit son entrée dans le champs de la santé mentale en général et de l’étude des conséquences des traumatismes en particulier. L’ usage du terme s’accompagne d’incertitudes quant à savoir ce que parler de résilience signifie.

En psychologie, ce concept est introduit en France par Boris Cyrulnik, auteur du livre « La résilience ». Le contenu des articles de ce dernier vise la défense de la perspective de la résilience.

Cette faculté n’est pas innée : elle trouve ses origines dans l’enfance et dans la relation que les parents entretiennent avec leurs enfants. D’après lui, la résilience est la capacité d’ adaptation d’un individu après un traumatisme. Pour qu’elle se crée, il faut qu’il y ait des échanges avec d’autres êtres-humains. Les aides extérieures sont indispensables pour le bien-être de l’humain au sein de notre société.

De plus, si elle fait appel à des soignants, ils auront le rôle crucial dans sa re-convalescence.

Par contre, la résilience est adaptée à deux types de personnes distinctes.

Premièrement, à des personnes qui se développent sans aggraver leur état mental et qui se modélisent malgré certaines conditions de vie exécrables.

Deuxièmement, à des personnes qui sont en pleine re-convalescence suite à des chocs qui génèrent des traumatismes (par exemple le deuil, la perte soudaine d’un proche, le malheur, etc.) ou des épreuves de la vie (telles que des événements, dégâts matériels suite à des intempéries).

Comment se manifeste la résilience ?

Les personnes résilientes

Ils comprennent que toute chose est temporaire

La compréhension que toutes les choses dans la vie sont temporaires fournit une base solide pour faire face aux épreuves et aux tribulations de la vie. Bien que nous attendions avec impatience des choses grandes et positives, ces choses finiront inévitablement, parfois tragiquement.

Beaucoup de gens recherchent leur grand amour dans notre société, quelque chose qui est censé allumer une flamme brillante dans leur âme et leur corps, qui procure chaleur et confort.

D’innombrables livres, films, articles et gourous nous ont dit qu’un tel amour nous attend. Mais, même si nous trouvons un tel amour trop romancé, il se terminera tôt ou tard parce que les humains ne vivent pas éternellement.

 

Ils considèrent les obstacles comme des défis à surmonter

Chaque personne sera confrontée au moins une fois dans sa vie à des défis et à des obstacles dans la poursuite de ses objectifs et de la vie qu’elle souhaite vivre. La douleur et les obstacles sont inévitables.

En effet, selon l’intervention de la psychologue Nathalie Parent, dans l’article du site « Naître et Grandir »:  » On sera confronté toute notre vie à des faits stressants ou à des difficultés ».

L’attitude et la mentalité d’une personne face à ces défis et obstacles peuvent soit rendre la charge plus facile à transporter, soit ajouter le poids énorme qui peut donner l’impression qu’il est impossible d’avancer.

Les résilients comprennent que ces obstacles sont dans leur avenir et n’enlèvent rien à leur cheminement global. Ce sont simplement des défis pour naviguer sur la voie du succès.

 

Ils pratiquent régulièrement des soins personnels

La vie est pleine d’angoisse et de défis. Peut-être que c’est la famille qui vous agace, peut-être que c’est le patron, peut-être que c’est juste une longue série de choses qui ne se passent pas comme prévu.

Quoi qu’il en soit, la personne résiliente cherchera à s’autogérer et à prendre soin d’elle-même.

Prendre soin de soi reste important pour évacuer le stress et éviter de se laisser emporter par le train-train à long terme de la vie.

C’est un marathon, pas un sprint. Il faut se contrôler, comprendre ses limites et ne pas s’épuiser à essayer de poursuivre l’inatteignable.

 

Ils ont des limites claires et distinctes dans leurs relations

Les résilients attirent souvent d’autres qui veulent les soutenir dans leur voyage. Ils peuvent être des libres penseurs ou des leaders engagés dans certaines visions.

Ils peuvent aussi être simplement l’épine dorsale de leur famille, aidant à garder tout droit et à aller de l’avant.

Quoi qu’il en soit, les limites sont une nécessité pour garantir que les relations restent heureuses et saines, tout en respectant une certaine organisation.

Les personnes qui recherchent la direction afflueront vers le résilient comme source d’inspiration, de connaissances ou même de soins. Les résilients comprennent qu’ils doivent faire attention à ce que les autres personnes ne puissent pas prendre trop de leur énergie ou avoir un impact négatif sur leur bien-être.

 

Ils peuvent recevoir des critiques constructives sans les considérer comme une offense personnelle

La perspective extérieure peut être l’outil précieux. Pourtant, certaines personnes vivent pour détruire les efforts et les réalisations des autres. Ces personnes négatives n’aiment rien de plus que de voir quelqu’un d’autre trébucher ou tomber.

Ces gens sont des « trolls » et doivent être ignorés. La critique constructive peut cependant aider à rendre une mauvaise idée bonne ou une bonne idée excellente.

L’être résilient va écouter cette critique constructive, car il est conscient qu’il y a des choses dans le monde qu’il ne sait pas.

Il comprend qu’il y a plus de perspectives que les siennes. Il ne se laisse pas déranger par quelques piques ou mots durs, car il est à l’écoute de la sagesse des paroles des autres.

 

Leur colère est souvent passagère, car elle n’est productive que si elle est associée à une action déterminée

La colère peut servir de carburant précieux pour alimenter le véhicule du changement. Le problème avec la colère, pour tant de gens, c’est qu’ils pensent que leur colère servira à quelque chose.

Mais ce n’est pas cela.

La colère est juste de la colère et elle n’invoque aucun changement à moins qu’elle ne soit réellement associée à une action déterminée.

Alors, ce carburant risque de ne pas durer longtemps. La fatigue de l’indignation peut s’installer, réduisant même les efforts les plus vaillants.

Les résilients comprennent que la colère est le carburant temporaire. Cela ne vous mènera que jusqu’à présent. Au lieu de cela, ils choisissent de se tourner vers une action déterminée sur laquelle ils peuvent avoir le contrôle continu.

Au bout d’un certain temps, de nombreuses personnes résilientes laisseront simplement leur propre colère les dépasser, car elles comprennent que la colère ne fait qu’obscurcir le jugement et rend plus difficile la réussite à long terme.

La communication est rompue lorsque la colère est lancée contre une autre personne. Ils arrêtent simplement d’écouter, se mettent sur la défensive et s’enracinent plus profondément dans leur propre perspective.

 

Ils essaient de trouver le positif, même si la leçon est embourbée dans la douleur ou la souffrance

Il peut être compliqué de trouver des leçons positives dans des circonstances douloureuses et difficiles. En les recherchant, la personne résiliente atténue l’impact de la négativité, de la douleur et de la souffrance.

Si elle peut trouver un moyen de faire valoir leur propre souffrance, elle le fera, car alors la perception négative est diminuée.

Chacun souffre à sa manière, certains plus gravement que d’autres. Ce n’est pas une perception qui peut ou devrait être utilisée pour diminuer la souffrance d’une autre personne. Ils ne peuvent faire ce choix que pour eux-mêmes.

Mais l’être résilient ne veut pas s’attarder trop longtemps lorsque des mauvaises choses arrivent. Ils y font généralement face, recherchent la leçon, élaborent un nouveau plan et avancent.

Cela ne veut pas dire qu’ils ne portent pas encore un peu de cette douleur avec eux. Cela signifie simplement qu’ils ne le laissent pas faire dérailler trop longtemps, ou modifier leur cap de manière drastique à moins que cela ne soit absolument nécessaire.

 

Elles sont conscientes d’elles-mêmes, se posent et répondent souvent à des questions difficiles sur leur choix

La résilience est ancrée dans la conscience de soi. La capacité de faire face et de surmonter les difficultés et les tragédies de la vie revient à bien comprendre ses propres émotions et capacités.

Cela revient à assumer ses choix, ou leur absence, et à tirer le meilleur parti de chaque chose possible qui devrait se présenter à elles.

Les résilients savent qu’ils sont les architectes de leur propre vie et de leur existence, qui sont tous motivés principalement par le choix.

Ils savent que si ils font le ou un mauvais choix, ils ont la force et la ténacité de poursuivre un meilleur chemin.

Identifier ces mauvais choix revient à prendre conscience de soi, à être critique vis-à-vis de ses propres processus de prise de décision et à prendre ses responsabilités lorsque les choses ne se passent pas comme prévu.

La personne résiliente ne veut pas trop laisser au hasard, mais s’appuie plutôt sur ses propres compétences et capacités pour se frayer un chemin à travers tout ce à quoi elle peut être confrontée.

Cela peut être tout un voyage pour commencer à exercer un tel contrôle sur ses émotions et son bien-être, mais une fois que vous le faites, c’est un sentiment puissant de savoir que vous pouvez vous approprier et vous élever le moment venu.

Le groupe de personnes qui se développe dans le domaine de la résilience est capable de contrôler ses émotions et sait identifier l’émotion qu’il ressent.

Il sait aussi que le calme vient après la tempête, alors il recherche tous les ingrédients tels que la force, la patience, l’apaisement nécessaires pour faire face à la gestion de ses émotions .

L’individu résilient rebondit, se reconstruit et apprend de ses expériences aussi difficiles soient-elles.

 

Qui sont les personnes capables de résilience ?

Ce sont des sujets qui ont certains caractères :

  • Ils ont un Q.I. élevé
  • Ils sont autonomes et efficaces
  • Ils ont une bonne estime de soi
  • Ils s’adaptent bien aux gens et à leurs émotions
  • Ils anticipent bien les choses et les prévoient bien aussi
  • Ils ont un bon sens de l’humour, vous pouvez pleurer jusqu’à ce que vous commenciez à rire, mais le sens de l’humour est si important lorsque vous changez de vie. Vous devez prendre vos objectifs au sérieux, et vous devez vous prendre au sérieux. Mais parfois, vous devez aussi être capable de rire de vous-même et de votre situation.

Les étapes de la résilience

Le mécanisme de la résilience

Il y a plusieurs mécanismes de résilience.

Par exemple, une bonne organisation de l’esprit représente un critère pertinent pour la psychologie de la personne. Cette capacité intervient suite à un traumatisme. Après réflexion et d’après des données scientifiques de sciences humaines, les personnes résilientes se construisent une réserve de résilience.

 

La résilience : acquis ou inné ?

Selon certains scientifiques, la résilience reste un caractère acquis durant l’enfance grâce aux parents qui aident leurs enfants. Certains transmettent cela à cause d’un choc vécu pendant leur enfance, d’autres pour être préventifs avec leurs enfants.

Selon Boris Cyrulink,  » notre développement est régi par un certain nombre de déterminants génétiques. Le cerveau de certains individus sécrète beaucoup de dopamine et de sérotonine, qui jouent un rôle d’euphorisants. Au contraire, des enfants naitraient avec un potentiel de ‘force psychique’ diminué ».

Le caractère et l’environnement affectif jouent un rôle primordial.

Dès leurs premiers jours, les bébés adaptent leurs comportements en fonction de l’attitude des parents à leur égard. Quatre sortes d’attachement réciproque peuvent ainsi être distingués :

  • Sécurisant (65 %) : ces enfants ont les meilleures chances de s’en sortir en cas de malheur ;
  • Evitant (20 %) : ils maintiennent leurs distances ;
  • Ambivalents ou désorganisés (15 %) ;
  • Selon le type de relation qu’ils réussissent à établir, ils sauront plus ou moins bien se reconstruire après une blessure de la vie.

Pourquoi faire preuve de résilience?

Une meilleure qualité de vie

La résilience aide beaucoup d’individus dans leur vie. En lisant plusieurs articles, nous avons pu comprendre que la résilience était une sorte de remède contre le stress. Effectivement, ce mot a plusieurs significations mais celle qui nous intéresse est celle qui prend en compte la psychologie.

 

Peut-on apprendre la résilience ?

On ne peut pas « apprendre la résilience » comme on apprend aux jeunes enfants à tenir leur crayon. Par contre, il est possible de faire preuve de résilience au moment opportun en développant des compétences et des attitudes qui le permettront. Il est nécessaire de savoir communiquer, de dire ce que l’on pense et exprimer son ressenti, même après des chocs ou des terribles épreuves ou deuil.

Afin de développer cette compétence qu’est la résilience, on ne compte pas la multitude de projets, livres, vidéos qui traitent sur le domaine. Sur certains sites, on peut trouver des articles qui traitent des sujets suivants comme,  » Comment être résilient au travail « , » le concept de résilience « , « la capacité de résilience,… ». Après, ce thème est abondamment recherché car beaucoup d’ individus manquent de résilience. C’est une aptitude facile à comprendre mais difficile à mettre en pratique et qui parfois peut prendre beaucoup de temps. Une vidéo très instructive est disponible sur certaines plateformes dont le contenu reprend toutes les conditions et outils pour être résilient, pour maitriser la résilience.

 

Le mot « résilience » aux Etats-Unis

Aux États-Unis , dans leur système, la notion de résilience est fortement encouragée tandis que ce concept n’est pas au menu en Europe. C’est ce que nous avons pu lire sur la page d’un site parlant de la résilience dont nous avions eu accès grâce à un article de journal.

la résilience est un système de défense

Comment être résilient au travail ?

Article sur les sciences au menu

La lecture est fortement conseillée pour savoir comment être résilient (bien sûr dans un environnement calme). Certains articles parlent de la résilience, tandis que d’autres parlent plus, par exemple, de comment l’appliquer dans certaines situations. Les contenus représentent des faits qui stimulent nos sens, de manière à aider le plus de personnes dans la société.

 

Des trucs pour vivre la résilience

La résilience peut être mise en place grâce à de petites astuces que tout le monde peut utiliser.

Au début, l’adaptation peut être compliquée mais par la suite cela devient de plus en plus facile.

Etre optimiste contribue également à augmenter les niveaux de résistance d’un individu. Lors d’un moment difficile, les optimistes trouvent encore une piste selon le cas ou la situation.

Après recherche dans les données existantes, après avoir pris en compte notre entourage, ou dans le contenu de plusieurs articles, nous connaissons tous au moins un exemple de personne qui s’est montrée résiliente dans la vie.

Pour terminer, citons le nom d’un éminent psychiatre, Boris Cyrulink, qui a concentré ses recherches en matière de concept de résilience. Il affirme que « le malheur n’est pas une destinée, rien n’est irrémédiablement inscrit, on peut toujours s’en sortir ».

être résilient reste un avantage
Photo d’illustration de Evolew

Evolew

EVOLEW vous propose du contenu de qualité pour vous accompagner dans la transformation de votre entreprise.

Trouvez un Coach de confiance en soi

Libérez votre potentiel pour accélérer le changement

Trouvez un Coach de confiance en soi

Découvrez tous les articles de ce magazine